CVC et basse consommation
CVC et basse consommation

Collection Construction durable

Rechercher dans cette publication


Points clés :

utilisation climatisation

Rafraîchissement : limiter l’utilisation de la climatisation

Enjeux

La quête d’économies d’énergies, la recherche d’une certaine simplicité dans le fonctionnement des équipements, mais aussi l’arrivée d’une réglementation thermique très contraignante, implique une réflexion de fond, quand à la gestion de la charge thermique des ouvrages bâtis et à l’utilisation de la climatisation.

Le temps où il suffisait de climatiser les locaux pour compenser une charge thermique élevée est révolu. La réglementation thermique 2012, qui se met progressivement en place, pénalise ce que l’on peut qualifier « d’excès de climatisation ».

Il faut d’abord concevoir un bâti suffisamment bioclimatique, capable de gérer si possible « seul » les variations de la charge thermique, que son origine soit intérieure ou extérieure. Ensuite, les différents équipements techniques doivent être définis et adaptés en besoins/puissance. Enfin, la gestion et la régulation doivent être particulièrement optimisées et performantes, afin d’être en mesure de gérer « en finesse » des bâtiments peu énergivores, mais très réactifs à la charge thermique.

Dans cette approche, une majorité de locaux, qu’ils soient destinés à l’habitat, à des fins d’enseignement, de commerce ou d’activités tertiaires, peuvent échapper à une installation de climatisation.

En neuf comme en rénovation lourde, il existe néanmoins des zones « incontournables », comme les salles informatiques, les lieux de repas, certaines salles de réunion, des bureaux de direction, et plus généralement tous les lieux subissant une charge thermique importante, pour lesquels il est difficile de maintenir un confort « normal » uniquement par des moyens de ventilation naturelle.