Gestion technique des immeubles en copropriété
Gestion technique des immeubles en copropriété

Collection Copropriété

Rechercher dans cette publication


Points clés :

Infiltration eau mur

L’infiltration d’eau par les murs : du diagnostic au traitement

Enjeux

L’infiltration d’eau par les murs concerne souvent des constructions relativement récentes, au sens de l’échelle de la durée de vie d’un bâtiment. Les ouvrages des années 1960-1970 sont les plus concernés, d’abord par les techniques constructives utilisés à l’époque, mais aussi parce que cette période correspond à un rythme élevé de livraison de logements.

Les causes d’infiltrations sont multiples. Pour les ouvrages en maçonneries de parpaings ou de briques, les fissures de liaison entre la maçonnerie et la structure en béton armé représentent les causes d’infiltration les plus courantes. Pour les ouvrages construits en béton banché, il arrive que le béton devienne poreux avec les années, mais cela reste relativement rare. C’est surtout au niveau des armatures, insuffisamment enrobées, que se concentrent les pathologies. Les aciers se corrodent, gonflent et font éclater les bétons. Pour les bâtiments relevant de la préfabrication lourde, une technique très répandue durant les Trente glorieuses, les joints entre panneaux sont également une cause classique d’infiltration d’eau.

Pour les ouvrages, souvent plus anciens, constitués de pierres de taille ou de briques apparentes, les joints sont également un facteur d’entrée d’humidité. Leur état conditionne la résistance à l’eau de la façade, sachant que pour une façade en briques, les joints peuvent représenter jusqu’à 30 % de la surface du mur.

Après qu’une infiltration d’eau par un mur a été avérée, plusieurs solutions de réparation sont possibles, du traitement des joints ou des fissures, à l’application d’un système d’imperméabilité, en passant par des réparations ponctuelles.