Gestion technique des immeubles en copropriété
Gestion technique des immeubles en copropriété

Collection Copropriété

Rechercher dans cette publication


Points clés :

Ventilation naturelle

La ventilation naturelle d’un immeuble d’habitation

Enjeux

La ventilation naturelle consiste à créer un renouvellement d’air dans un logement en utilisant les « moteurs » naturels que sont le vent et la chaleur (« tirage thermique »). La majorité des bâtiments existants qui sont ventilés le sont de cette manière en France, tandis que les bâtiments neufs disposent presque tous d’une ventilation mécanique (type VMC).

Le logement, c’est bien connu, présente un phénomène de concentration de pollutions intérieures qu’il est important d’évacuer. La plus simple des ventilations est bien évidemment d’ouvrir les fenêtres tous les jours et le plus longtemps possible. Mais voilà, en hiver ou si le bruit extérieur est insupportable, ce n’est pas possible de laisser tout ouvert ; c’est là que la ventilation prend toute son importance.

Toute nouvelle construction doit être conforme à l’arrêté du 24 mars 1982 qui définit des exigences de débits d’air à extraire. En ce qui concerne les immeubles construits avant cette date, il n’y a pas obligation à mettre en conformité, mais c’est fortement conseillé, car ventiler son appartement, c’est s’éviter bien des désagréments par la suite. En effet, un logement mal ou non ventilé peut présenter à la longue des problèmes de mauvaises odeurs, des dégradations dues à l’humidité et des problèmes de santé, de type allergie ou intoxication mortelle au monoxyde de carbone (300 décès en France chaque année, sur 6 000 victimes…).

Par rapport aux autres systèmes de ventilation (VMC, etc.), la ventilation naturelle offre l’avantage de ne pas consommer d’électricité, de ne pas faire de bruit et de ne pas nécessiter d’entretien particulier. La réalisation de l’installation est économique, et cela ne coûte rien à l’usage. Mais la ventilation naturelle est dépendante des conditions climatiques (il peut y avoir trop ou pas assez d’aération) et du bâtiment.

Nous décrivons ici les principaux procédés de ventilation naturelle, qu’ils soient hygroréglables, hybrides, etc.