Gestion technique des immeubles en copropriété
Gestion technique des immeubles en copropriété

Collection Copropriété

Rechercher dans cette publication


Points clés :

Fissures intérieures

Les fissures intérieures dans les parties communes

Enjeux

Les fissures intérieures sont partie intégrante de tout ouvrage construit. Il y a celles que l’on peut qualifier de superficielles, d’inesthétiques, et celles qui sont d’ordre plus structurel, évolutives ou difficiles à stabiliser. L’approche diffère également selon l’ancienneté de l’ouvrage. Des fissures sur une construction de moins de dix ans sont couvertes par la garantie décennale. Des fissures sur un ouvrage plus ancien relèvent de l’entretien, sauf lorsque les causes sont extérieures et peuvent engager des responsabilités autres.

En copropriété, même des fissures bénignes posent parfois problème, et peuvent même aller jusqu’à amener des entreprises en justice. L’époque n’est plus où des petites fissures étaient considérées comme normales et inévitables. C’est ce qui explique en partie le succès de la toile de verre. Les entreprises ne veulent plus prendre le risque de factures bloquées, et préfèrent entoiler murs et plafonds, même lorsque le niveau de dégradation ne l’impose pas.

Plus complexes, les fissures évolutives et/ou créées par des causes diverses (dégâts des eaux, problèmes structuraux, fondations, déstabilisation de l’ouvrage, percement d’une ligne de métro, etc.) nécessitent des expertises pointues et dénuées de toute arrière-pensée mercantile.

Dans un premier temps, ce n’est pas à une entreprise de définir ce qui doit être fait, mais à un bureau d’études indépendant, choisi en fonction des problèmes rencontrés. Il importe que ces approches se fassent dans une démarche de rigueur, que les causes puissent être établies avec certitude, et que les solutions techniques à mettre en œuvre ne soient pas entravées par des querelles de personnes ou par des blocages en phase de vote.