Performance énergétique des bâtiments à rénover
Performance énergétique des bâtiments à rénover

Collection Construction durable

Rechercher dans cette publication


Points clés :

PAC air/eau

Installer une pompe à chaleur (PAC) air/eau en relève de chaudière

Enjeux

Il existe une opportunité de mettre en place une PAC air/eau en relève de chaudière, lorsque le bâtiment à rénover est équipé d’une installation de chauffage par eau.

Contrairement à la température du sol, qui reste stable tout au long de l'année entre 10 et 15 °C, celle de l'air extérieur fluctue et peut devenir très basse en hiver.

Dans ce cas, il est nécessaire de prévoir un chauffage d'appoint qui prenne le relais de la PAC lorsque la température extérieure devient trop basse. La PAC air/eau peut avoir un fonctionnement qui soit bivalent alternatif ou bivalent parallèle, en fonction de la part de la puissance thermique maximale requise par le bâtiment que le générateur alternatif doit couvrir.

En tant que source de chaleur, l’air extérieur représente une ressource en quantité inépuisable. L’inconvénient d’une PAC air/air réside dans la variabilité journalière et saisonnière du niveau de température de l’air extérieur.

Exemple d’un cycle journalier de température extérieure

Exemple d’un cycle journalier de température extérieure

Avec une PAC air/eau, au moment où l’on a le plus besoin d’énergie thermique (la nuit et pour les températures extérieures basses) les performances de la PAC se dégradent. Pour optimiser le système, on peut installer une PAC air/eau au fonctionnement bivalent alternatif, ou bivalent parallèle.

Important

Il est nécessaire d’apporter une attention particulière aux problèmes :

  • d’emplacement de la PAC (celle-ci pouvant aspirer des feuilles mortes, de la neige, etc.),
  • de bruit qu’elle génère,
  • de givrage de son évaporateur.