Performance énergétique des bâtiments à rénover
Performance énergétique des bâtiments à rénover

Collection Construction durable

Rechercher dans cette publication


Points clés :

puits canadien

Mettre en place un puits canadien

Enjeux

Le rôle d’un puits canadien, appelé aussi puits provençal (version été), est de faire transiter l’air neuf de renouvellement par des canalisations enterrées dans un terrain adjacent avant qu’il ne soit introduit dans le bâtiment.

À une profondeur de 1,5 à 2 mètres, la température du sol est pratiquement constante tout au long de l’année, entre 8 et 15 °C. En hiver, le sol à cette profondeur est plus chaud que la température extérieure, l’air froid est donc préchauffé lors de son passage dans les canalisations. En été, le sol est à l’inverse plus froid que la température extérieure, l’air est donc rafraîchi. Cet échange thermique entre le sol et l’air permet de tempérer l’air entrant dans le bâtiment, dans le but de limiter les consommations d’énergie liées au chauffage et à la climatisation, ou même d’éviter l’installation d’un système de climatisation.Un puits performant réduit l’amplitude des températures en hiver et en été de quelques degrés à une dizaine de degrés.

La ventilation entraîne des déperditions énergétiques et donc une hausse des consommations de chauffage. Un puits canadien est une solution économiquement performante pour traiter l’ensemble ou la plus grande partie de l’air de renouvellement des locaux et minimiser ces consommations ; il permet également de maintenir le bâtiment en hors gel en cas d’absence. Les économies d’énergie peuvent atteindre jusqu’à 20 %. En été, un puits provençal, système de rafraîchissement passif, limite les surchauffes.